Select Page

Les produits de soins personnels pour la famille : de quoi se méfier? (Partie 1)

Par Mélanie Demers, inf.B.Sc.

Qu’ils soient destinés aux enfants ou aux adultes, les produits de soins personnels ou cosmétiques méritent qu’on s’intéresse davantage à leur contenu. En effet, il existe près de 10 500 produits chimiques industriels les composant comme des agents cancérigènes, des pesticides, des perturbateurs endocriniens, des agents toxiques pour le système reproducteur, des plastifiants, des solvants, etc. Au Canada, c’est environ 80% de ces produits qui contiennent au moins un de ces ingrédients.

Cosmétiques ou produits de soins personnels?

Ici, cosmétiques et produits de soins personnels sont utilisés de façon interchangeable. Ainsi, on parle bien sûr des produits d’esthétiques (maquillage, rouge à lèvre, vernis à ongles…), mais aussi du dentifrice, des déodorants, des différentes crèmes (pour les mains, le visage, le corps, de jour, de nuit…), des shampoings, des savons, des produits coiffants… Bref, tout ce que vous utilisez chaque jour pour vous sentir propre et beau/belle. Malheureusement, ceci inclut aussi tous les produits destinés aux enfants : shampoings, bain moussant, crèmes, etc. De plus, une femme utilise, en moyenne, 12 cosmétiques par jour, ce qui peut augmenter jusqu’à 16 chez les adolescentes, et 6 chez les hommes.

BHA et BHT

Le BHA (Hydroxyanisole butylé) et le BHT (Hydroxytoluène butylé) sont utilisés comme agents de conservation et stabilisateurs dans les cosmétiques. On les retrouvent dans les produits hydratants, le maquillage, les baumes et rouges à lèvres, certaines fragrances et plusieurs autres produits.

Ils ont été liés à des effets indésirables sur la thyroïde, sont cancérigènes et suspectés d’interférer avec les fonctions hormonales. Ils possèdent aussi le potentiel d’induire des réactions allergiques au niveau de la peau. Ils s’avèrent nocifs pour les poissons et la faune.

Les colorants dérivés du goudron de houille : p-phenylenediamine et des colorants identifiés par « CI » suivi de cinq chiffres

Le p-phenylenediamine se retrouve principalement dans les teintures pour cheveux alors que les autres colorants peuvent se retrouver dans plusieurs autres produits cosmétiques.

Ils agissent en tant que sensibilisateurs, c’est-à-dire qu’ils ont le potentiel de déclencher des réactions allergiques. Ils ont été associés au cancer de la vessie chez les coiffeurs stylistes et ceux utilisant régulièrement des teintures à cheveux. De plus, ils peuvent contenir des métaux lourds, toxiques pour le cerveau.

DEA, cocamide DEA et lauramide DEA

Ils se retrouvent principalement dans les crèmes et les produits moussants comme les shampoings et certains produits hydratants. Ils s’avèrent susceptibles de réagir avec d’autres substances et de former des composés cancérigènes (nitrosamines). De plus, ils sont nocifs pour les poissons et la faune.

Les phtalates

Certains peuvent être listés sur les étiquettes, mais plusieurs sont cachés dans le terme « fragrance » ou « parfum ». Le DEHP (di 2-ethyl hexyl phtalate) est d’ailleurs interdit et a été classifié comme carcinogène humain probable, même s’il est encore parfois utilisé dans certains produits. Le DEP (diethyl phtalate) est un solvant pour les fragrances qui a été associé avec des effets indésirables sur le système reproducteur. Le phtalate de dibutyle sert de plastifiant dans le vernis à ongles et est considéré comme toxique pour le système reproducteur.

Les libérateurs de formaldéhyde : DMDM hydantoin, diazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, methenamine, quaternium-15 et sodium hydroxymethylglycinate

Ils sont utilisés comme agents de conservation dans de nombreux cosmétiques tels divers produits capillaires, des hydratants, etc. Ces substances libèrent de petites quantités de formaldéhyde, une substance cancérigène liée à la leucémie, de façon lente et continue.

Les parabènes : méthylparabène, butylparabène et propylparabène

Les parabènes sont utilisés comme agents de conservation dans de nombreux produits hydratants, savons et shampoings. Ces substances chimiques imitent les hormones, ont été trouvées dans des tumeurs mammaires et sont suspectées interférer avec les fonctions reproductrices chez les mâles.

Voilà une partie des ingrédients à vérifier lorsque vous achetez un cosmétique. La suite à venir dans la partie 2.

Références :

Environmental defence (2012). The manscape : The dir on toxic ingredients in men’s body care products, Toronto, 28 pages, disponible au http://environmentaldefence.ca/themanscape [En ligne].

Gue, Lisa (2010). Ce qui importe le plus, c’est le contenu, Fondation David Suzuki, Vancouver, 32 pages, disponible au http://www.davidsuzuki.org/fr/publications/rapports/2010/sondage-sur-les-ingredients-toxiques-contenus-dans-nos-produits-cosmetiques/ [En ligne].

The campaign for safe cosmetics, Nonprofits: Endorse the campaign, http://safecosmetics.org/section.php?id=45#platform [En ligne], page consultée le 18 décembre 2013.

Que contiennent les vitamines de vos enfants?

Par Mélanie Demers, inf. B.Sc.

Vous donnez des multivitamines à vos enfants pour vous assurer qu’ils ne soient pas carencés, parce qu’ils mangent peu de  fruits et légumes ou de produits laitiers, pour prévenir les rhumes en hiver… Bref, les raisons sont multiples mais le but demeure le même : avoir des enfants en santé! Mais, savez-vous vraiment ce que contiennent les multivitamines que vous leur donnez?

Aspartame

L’aspartame est un succédané de sucre dont l’usage s’est généralisé dans les années 90 et ce, particulièrement chez les diabétiques. Il s’agit aussi d’une excitotoxine, c’est-à-dire que son métabolisme entraîne l’augmentation du taux d’aspartate au cerveau. Cette substance n’est pas toxique, mais peut provoquer une sur-stimulation susceptible de provoquer des effets indésirables comme des maux de tête, des convulsions, des étourdissements, troubles du rythme cardiaque… Sans compter le risque de cancer énoncé par certains chercheurs. Bref, cette substance n’apporte aucun bienfait et seulement des risques, donc aucune raison d’en retrouver dans les multivitamines pour enfants.

Huile végétale hydrogénée

Quatre-vingt-dix à 95% des gras trans présents dans les aliments proviennent d‘huiles végétales hydrogénées. Or, ceux-ci élèvent les taux de mauvais cholestérol et abaissent les taux de bon cholestérol. Par conséquent, le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires pourrait être augmenté jusqu’à 132%! En fait, cela ne fait que surcharger les artères des enfants dès leur plus jeune âge.

Colorants alimentaires synthétiques

Tout d’abord, les colorants alimentaires synthétiques sont dérivés du pétrole. Dans les dernières décennies, plusieurs études ont conclu que de faibles doses de colorants synthétiques ajoutés aux aliments pouvaient provoquer l’hyperactivité et d’autres problèmes comportementaux chez les enfants. De plus, une étude publiée en 2007 a démontré que l’hyperactivité était empirée chez les enfants qui avaient consommé des aliments contenant 6 colorants suspects et du benzoate de sodium, un préservatif (aussi présent dans les multivitamines). Suite à cette étude, le Gouvernement britannique a même pris la décision de bannir l’utilisation de ces additifs alimentaires, suivant le principe de précaution.

Fumarate ferreux

Le fumarate ferreux est un ingrédient méritant une mise en garde claire sur le site des multivitamines Pierrafeu : ” Keep safely out of reach of children. One package of FLINTSTONESTM Multiple Vitamins Complete and Multiple Vitamins Plus Iron contains enough iron to seriously harm a child.” (Garder hors de la portée des enfants. Une bouteille de multivitamines complètes ou de multivitamines Plus Fer Pierrafeu renferme assez de fer pour causer des dommages sérieux à un enfant). Ceci signifie qu’en consommant ce type de fer, le niveau fatal de toxicité peut être atteint alors qu’il est impossible de consommer trop de fer provenant des aliments.

Autres ingrédients

Plusieurs autres ingrédients valent aussi la peine qu’on se questionne sur leur présence dans les multivitamines pour enfants.

L’acide citrique et la gélatine contiennent du glutamate monosodique qui est associé à de nombreux effets secondaires : dépression, désorientation, dommages aux yeux, fatigue, maux de tête, épilepsie, accidents cardiovasculaires, Alzheimer, maladie de Parkinson, troubles de comportement, mauvais fonctionnement du système reproducteur, etc.

L’acide sorbique est un conservateur et des recherches ont démontré sa capacité à perturber l’équilibre biochimique du corps et à causer de nombreux problèmes de santé.

Le benzoate de sodium est un conservateur chimique associé aux risques suivants : effets nocifs pour le foie et le cerveau, éruptions cutanées, asthme.

Lebutylhydroxytoluène (BHT) est un antioxydant de synthèse pouvant provoquer des réactions cutanées et des troubles des systèmes reproductifs et sanguins.

Conseils de prévention

Le but de cet article n’est pas de vous faire peur ou de vous faire sentir comme un mauvais parent. En fait, les parents veulent généralement ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants. Donc, si vous avez acheté ces multivitamines pour vos enfants, ne jetez pas la bouteille! Cependant, prenez le temps de vous informer sur les options qui s’offrent à vous lorsque vous achèterez la prochaine.

Une vitamine parfaite, exempte de substances susceptibles d’avoir des effets indésirables, est pratiquement impossible à trouver, même dans les produits naturels (qui peuvent contenir des ingrédients génétiquement modifiés, par exemple). Cependant, les vitamines et minéraux provenant de sources végétales sont généralement mieux absorbés. Voilà pourquoi il s’avère toujours préférable d’avoir une alimentation équilibrée contenant une grande variété de fruits et légumes afin d’éviter les carences possibles. N’oubliez pas que le corps a le pouvoir de se détoxiquer par lui-même et que c’est l’effet cumulatif, au fil du temps, qui peut amener des problèmes de santé. En fait, on peut le comparer à un verre qu’on remplit jusqu’à ce qu’il déborde. Pour terminer, voici quelques conseils de prévention.

  • Servir des repas équilibrés, riches en fruits et légumes de couleurs variées.
  • Lisez les ingrédients sur les bouteilles des multivitamines.
  • Renseignez-vous auprès de votre conseiller en produits naturels afin de faire un choix avisé (les produits naturels contiennent en général moins de substances à risque que ceux conventionnels).
  • Ne jamais présenter une multivitamine à un enfant comme étant un bonbon.

Références :

http://flintstonesvitamins.ca/lespierrafeu-produit [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Demers, Mélanie (2013). Le glutamate monosodique dans votre assiette et celle de vos enfants, https://santemelaniedemers.com/le-glutamate-monosodique-dans-votre-assiette-et-celle-de-vos-enfants/ [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Demers, Mélanie (2013). Les enfants et les colorants alimentaires, https://santemelaniedemers.com/les-enfants-et-les-colorants-alimentaires/ [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Dionne, Jean-Yves (2010). La guerre au cholestérol et aux gras saturés, http://www.jydionne.com/la-guerre-au-cholesterol-et-aux-gras-satures/ [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Dionne, Jean-Yves (2011). Prudence avec l’aspartame!, http://www.jydionne.com/prudence-avec-l%E2%80%99aspartame/  [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Founder, Sayer Ji (2013). Top US brand of children’s vitamins contains aspartame, GMOs, & other hazardous chemicals, http://www.greenmedinfo.com/blog/top-us-brand-childrens-vitamins-contains-aspartame-gmos-other-hazardous-chemicals [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.

Gouget, Corinne (2008). Danger additifs alimentaires: Le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, Éditions Chariot d’Or, Paris, 150 pages.

Walia, Arjun (2013). Top children’s vitamins full of aspartame, GMOs & harmful chemicals, http://www.collective-evolution.com/2013/07/18/top-childrens-vitamins-full-of-aspartame-gmos-harmful-chemicals/ [En ligne], page consultée le 16 octobre 2013.