Select Page

Par Mélanie Demers, inf. B.Sc.

Pour vivre une grossesse en santé dans un environnement sain, changer quelques gestes quotidiens peut faire toute la différence. Voici d’autres éléments à considérer afin de sécuriser l’environnement de la femme enceinte et, par la suite, celui de bébé.

Évitez les produits antibactériens

L’utilisation de plus en plus répandue des produits antibactériens contribue certainement à l’augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques ou superbactéries. De plus, vivre dans un endroit aseptique peut aussi contribuer à affaiblir le système immunitaire, car il rencontre très peu de « microbes » contribuant à le renforcer. Le triclosan, un antibactérien présent dans de nombreux produits, du rince-bouche au savon à main, en passant par les chaussettes, a été retrouvé dans l’urine de 75% des Américains et dans celle de nombreux Canadiens. Le triclosan est reconnu comme étant un perturbateur endocrinien car il inhibe l’action des oestrogènes nécessaires à une grossesse en santé. Des études l’ont aussi associé à des dommages au système nerveux du fœtus, à un faible poids à la naissance et à un dysfonctionnement de la thyroïde. Donc, fuyez tout ce qui porte la mention « antibactérien » ou « combat les odeurs », car ils risquent fort de contenir du triclosan. Soyez rassurés : un lavage des mains régulier et bien fait s’avère tout aussi efficace pour enlever les germes que les savons antibactériens.

Éliminez les pesticides

Les pesticides sont des substances chimiques toxiques destinées à tuer des êtres vivants : insectes, mauvaises herbes, champignons. Alors, inutile de dire qu’ils sont aussi capables de causer des dommages in utero. L’exposition prénatale aux pesticides peut affecter la croissance crânienne et la circonférence de la tête, altérer le développement neurologique, causer des anomalies uro-génitales, de même que des malformations circulatoires, respiratoires et musculosquelettiques. Donc, pendant la grossesse, évitez les pesticides de toutes sortes, incluant ceux utilisés pour la pelouse. Dans le cas d’une infestation à l’intérieur de la maison, utilisez la méthode la moins toxique pour l’éradiquer et n’oubliez pas que la prévention demeure l’option à privilégier, entre autre, en gardant la cuisine propre.

Évitez la manipulation du papier thermique

Le papier thermique est utilisé pour les reçus de caisse, de carte de crédit et autres de même que dans certains télécopieurs et autres appareils du même type. On peut le reconnaître facilement : l’encre utilisé sur ce type de papier disparaît avec le temps. En outre, il contient souvent un perturbateur endocrinien appelé bisphénol A (BPA) qui est facilement absorbé par la peau. Selon les études, l’exposition prénatale au BPA peut perturber le développement, affecter la croissance, causer des problèmes comportementaux et émotifs chez les jeunes enfants et provoquer l’asthme et le cancer du sein plus tard dans la vie. De plus, il a été associé à un risque plus élevé d’avortement spontané. Étant donné son omniprésence, il est pratiquement impossible de l’éviter complètement, mais l’exposition peut être minimisée.

  • Si vous n’avez pas besoin du reçu, ne le prenez pas.
  • N’entreposez pas vos reçus dans votre sac à main, placez-les plutôt dans une enveloppe.
  • Lavez vos mains après avoir manipulé des reçus ou de l’argent, particulièrement avant de manger.
  • Évitez d’utiliser un désinfectant pour les mains après avoir manipulé des reçus, car il augmente l’absorption du BPA.

Enlevez vos tapis, si possible

Les tapis, qu’ils soient en mousse ou non, sont habituellement traités avec des produits ignifuges. En fait, près de 90% d’entre eux contiennent un ou plusieurs produits ignifuges considérés toxiques. Parmi ceux-ci, les polybromodiphényléthers (PBDE) sont suspectés d’altérer les hormones thyroïdiennes chez la femme enceinte, ce qui peut amener des plus petits fœtus ainsi qu’une diminution de l’intelligence et des habiletés motrices. Ils ont aussi été associés à des retards neurodéveloppementaux. Les tapis ont souvent tendance à se désagréger et la poussière qu’ils créent se trouve chargée de produits ignifuges. Évidemment, le retrait des tapis n’est pas une tâche pour une femme enceinte et demande certaines précautions afin d’éviter la dispersion excessive des poussières. Surtout, n’oubliez pas de bien nettoyer l’espace lorsque le travail est terminé. Pour les pièces dont le revêtement de plancher est le tapis, investissez dans un bon aspirateur, idéalement avec un filtre HEPA qui empêche la poussière de revenir dans l’air ambiant, et passez-le régulièrement.

Références :

Healthy Child Healthy World (2014). Easy Steps to a Safer Pregnancy: A guide to protecting your growing baby from toxic chemicals, California, 53 pages. Disponible au http://healthychild.org/its-an-e-book-welcome-to-our-new-healthy-pregnancy-e-book/ [En ligne].

Santé Canada (2013). Deuxième rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l’environnement au Canada : Résultats de l’Enquête canadienne sur les mesures de santé Cycle 2 (2009 à 2011), Ottawa, 456 pages. Disponible au www.santecanada.gc.ca/biosurveillance

%d blogueurs aiment cette page :