Select Page

Par Mélanie Demers inf. B.Sc.

Quels sont vos critères pour acheter les vêtements de vos enfants? Payer le moins cher possible? Avoir une marque reconnue? Avoir des vêtements résistants et durables? Bref, peu importe ce qui guide vos achats, il est important de savoir que certains problèmes de santé peuvent être reliés aux vêtements.

Les produits chimiques ajoutés aux vêtements

Un récent rapport publié par Greenpeace International a découvert la présence d’une vaste gamme de produits chimiques toxiques dans de nombreuses marques de vêtements pour enfants incluant American Apparel, C&A, Disney, GAP, H&M, Primark, Uniqlo, adidas, LINing, Nike, Puma et Burberry. Voici ce qu’ils ont découvert.

Les éthoxylates de nonylphénol

Les éthoxylates de nonylphénol constituent un groupe de composés chimiques utilisés comme agents surfactants, émulsifiants, dispersants et humidifiants dans une variété d’applications, incluant l’industrie des textiles où ils sont utilisés pour la finition des tissus et du cuir. L’utilisation des éthoxylates de nonylphénol pendant la fabrication des textiles peut laisser des résidus, dans le produit final, qui seront libérés lors des lavages pour l’entretien des vêtements. Le risque est qu’ils peuvent se dégrader pour former le nonylphénol, une substance chimique persistante, bioaccumulative et toxique. Des études ont démontré la présence d’éthoxylates et de nonylphénol non seulement dans l’eau, mais aussi dans la poussière de maison et dans l’air intérieur. De plus, le nonylphénol est considéré comme un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire qu’il imite l’activité hormonale des œstrogènes.

Les phtalates dans les imprimés plastifiés

Les phtalates représentent un groupe de substances chimiques ayant de nombreuses utilisations, principalement comme assouplisseurs dans le polychlorure de vinyle (PVC). Ils servent aussi à lier les colorants aux textiles. Étant donné qu’ils ne sont pas chimiquement liés au plastique, ils sont libérés dans l’air tant intérieur qu’extérieur durant tout leur temps d’utilisation et même encore après leur fin de vie utile. Les phtalates sont reconnus comme toxiques pour le développement des organes reproducteurs par leurs impacts sur la synthèse de la testostérone. De plus, ils créent des dommages aux chromosomes, augmentent la progression de cancers et causent des changements dans l’expression des gènes.

Les organoétains

Les organoétains constituent un groupe de composés chimiques utilisés comme biocides ou fongicides dans certains produits en tissu comme les vêtements de sport, les bas et les chaussures. Ils servent ainsi à prévenir les odeurs causées par la sueur. Ils sont aussi utilisés comme stabilisateurs dans les produits en PVC, incluant les imprimés plastifiés. Les organoétains s’avèrent toxiques pour les systèmes immunitaire et le nerveux de même qu’ils perturbent l’équilibre hormonal du corps.

Les composés perfluorés

Dans l’industrie du textile, les composés perfluorés sont principalement utilisés pour leur stabilité et leur habileté à repousser l’eau et l’huile (imperméabilisants). De plus, ils s’avèrent très résistants à la dégradation chimique, biologique et thermique, ce qui les rend persistants dans l’environnement. La présence de leurs résidus dans les vêtements les rend susceptibles de s’accumuler dans le corps et peut causer des impacts négatifs sur la santé pendant le développement, mais aussi à l’âge adulte. Ils ont été associés à des déséquilibres hormonaux ayant des impacts sur les systèmes reproducteur et immunitaire, des problèmes de thyroïde, une pression artérielle élevée et certains cancers.

Bien sûr, d’autres substances chimiques ayant d’autres effets sur la santé sont présentes dans les vêtements, mais il serait difficile de toutes les nommer ici. Elles feront partie d’un autre article ultérieurement.

Conseils de prévention

Il est très difficile de savoir les substances chimique que renferment les vêtements de nos enfants et de faire les bons choix. Voici quelques conseils généraux :

  • Choisir des vêtements usagés plutôt que neufs afin d’éviter encore plus de contamination des eaux et de l’environnement.
  • Éviter les vêtements aux propriétés particulières : ignifuge, infroissable, imperméable, antitaches, antistatique
  • Privilégier les fibres naturelles comme le coton, la laine, la soie, le lin et le chanvre.
  • Privilégier les couleurs pastelles pour les vêtements d’enfants.

Références :

Brigden Kevin et al. (2013). Hazardous chemicals in branded textile products on sale in 25 countries/regions during 2013, Greenpeace, Exeter, 47 pages. Disponible au http://www.greenpeace.org/eastasia/publications/reports/toxics/2014/little-story-monsters-closet/ [En ligne].

Brigden Kevin et al. (2012). Toxic threads: The big fashion stitch-up, Greenpeace international, Amsterdam, 56 pages. Disponible au http://www.greenpeace.org/eastasia/publications/reports/toxics/2012/big-fashion-stitch-up/ [En ligne].

Clement, Dr Anna Maria et Dr Brian Clement (2011). , Ces vêtements qui tuent : Comment des choix vestimentaires apparemment anodins peuvent menacer votre santé… et comment vous protéger!, Marcel Broquet, Saint-Sauveur, 172 pages.

Greenpeace East Asia (2014). A little story about the monsters in your closet…, Beijing, 40 pages. Disponible au http://www.greenpeace.org/eastasia/publications/reports/toxics/2014/little-story-monsters-closet/ [En ligne].

%d blogueurs aiment cette page :