Select Page

Cosmétiques

Par Mélanie Demers, inf.B.Sc.

Que contiennent vos produits de soins personnels (ou cosmétiques)? Avez-vous déjà pris le temps d’en lire les étiquettes? Et ceux des enfants, contiennent-ils aussi des ingrédients nocifs? Voici la deuxième partie des ingrédients à éviter dans les cosmétiques.

Parfum ou fragrances

Les parfums ou fragrances donnent l’odeur à vos shampoings, savons, crèmes, etc. et parfois aussi, à ceux qui n’ont pas d’odeur! Les fragrances sont fabriquées à partir d’un mélange d’une ou plusieurs substances chimiques parmi les 3100 que possède l’industrie pour créer des odeurs. Cependant, la composition d’un parfum reste presque toujours inconnue du consommateur, car les substances chimiques utilisées pour le créer ne sont pas inscrites dans la liste des ingrédients. Ceux-ci sont synthétiques, provenant souvent de la pétrochimie ou des essences naturelles. Finalement, le terme fragrance est utilisé de façon très large afin d’éviter d’en dévoiler les secrets.

Le parfum d’un cosmétique est l’ingrédient le plus susceptible de déclencher des allergies et de l’asthme. En fait, les fragrances sont maintenant considérées parmi le top 5 des principaux allergènes en Amérique du Nord et en Europe. De plus, certaines ont aussi été associées au cancer, à l’intoxication des neurones et du système immunitaire, à des maux de tête et des vertiges. Les fragrances contiennent aussi souvent une quantité élevée de phtalates connus pour déséquilibrer les hormones dans le corps et qui ont été associés au cancer du sein ainsi qu’à des malformations congénitales.

Les PEG (polyéthylène glycol)

Les PEG sont utilisés dans la base de certaines crèmes. Ils peuvent altérer et réduire l’humidité naturelle de la peau et, par le fait même, augmenter les signes de vieillissement de la peau. Ils s’avèrent susceptibles d’être contaminés par le 1,4-dioxane, un solvant synthétique dont l’utilisation intentionnelle est interdite au Canada et qui est susceptible de causer le cancer et d’irriter la peau.

Petrolatum / Gelée de pétrole

La gelée de pétrole (souvent vendue, entre autres, sous la marque « Vaseline ») sert à ajouter de la brillance. Elle est utilisée dans certains produits capillaires, les baumes à lèvres, les rouges à lèvres et les produits hydratants pour peau sensible et ceux destinés aux bébés. Puisqu’elle est dérivée de la pétrochimie, le risque de contamination par des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) cancérigènes est élevé.

Les siloxanes : cyclotetrasiloxanes, cyclopentasiloxane, cyclohexasiloxane et cyclomethicone

Les siloxanes sont des substances chimiques à base de silicone utilisés dans les produits de soins personnels dans le but d’assouplir, de lisser et d’humidifier. Ils constituent un polluant environnemental, s’avèrent nocifs pour les poissons et la faune, agissent comme perturbateurs endocriniens (imitent les hormones dans le corps), sont toxiques pour la reproduction en plus d’être très irritants pour la peau.

Sodium laurel sulfate / Sodium laureth sulfate

Ces ingrédients dérivés de la pétrochimie sont ajoutés dans les shampoings, les savons, les nettoyants et les produits pour le bain afin de les rendre moussant. En plus d’être abrasifs et irritants, ils possèdent des effets perturbant l’équilibre hormonal. Ils peuvent aussi être contaminés par les HAP, des composés cancérigènes.

Triclosan

Le triclosan est une substance antibactérienne très répandue dans les dentifrices, les nettoyants, les savons, les gels désinfectants pour les mains, les désodorisants, les antisudorifiques et la plupart des produits portant la mention « antibactérien ». En plus d’être toxique pour l’environnement, des études ont relié le triclosan à divers problèmes de santé chez l’humain. Il interfère avec la fonction hormonale en imitant l’hormone thyroïdienne. De plus, sa dégradation produit du chloroforme et des dioxines qui s’avèrent cancérigènes.  Enfin, ce produit contribue au développement des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Conseils de prévention

  • Lisez les étiquettes et éviter, le plus possible, ces ingrédients, surtout dans les produits pour enfants car leur peau est plus perméable que celle d’un adulte, donc ils en  absorbent beaucoup plus.
  • Évitez les savons antibactériens, ils sont inutiles et un bon lavage de mains avec un savon ordinaire s’avère tout aussi efficace.
  • Utilisez des produits sans fragrances ajoutées ou non parfumés.
  • Essayez les recettes de vos grands-mères, elles sont parfois très efficaces!

Références :

Environmental defence (2012). Les dix plus toxiques, Toronto, http://environmentaldefence.ca/reports/les-dix-plus-toxiques [En ligne], page consultée le 22 décembre 2013.

Environmental defence (2012). The manscape : The dir on toxic ingredients in men’s body care products, Toronto, 28 pages, disponible au http://environmentaldefence.ca/themanscape [En ligne].

Gue, Lisa (2010). Ce qui importe le plus, c’est le contenu, Fondation David Suzuki, Vancouver, 32 pages, disponible au http://www.davidsuzuki.org/fr/publications/rapports/2010/sondage-sur-les-ingredients-toxiques-contenus-dans-nos-produits-cosmetiques/ [En ligne].

Hoitsma, A.K. (2013). Secret scents: How hidden fragrance allergens harm public health, Women’s voices for the earth, 28 pages.

Sarantis, H. et al. (2010). Not so sexy : The health risks of secret chemicals in fragrance, Breast cancer fund, Commonweal and Environmental working group, 44 pages.

%d blogueurs aiment cette page :