Select Page

Qu’est-ce qu’on mange?

pain_de_miePar Mélanie Demers, inf. B.Sc.

Est-ce qu’il vous arrive de lire les étiquettes des aliments que vous achetez? Benzoate de sodium, lécithine de soya, glutamate monosodique… De quoi s’agit-il? Les ingrédients qui composent les aliments que nous achetons portent parfois des noms imprononçables. Est-ce que vous vous êtes déjà questionné à ce sujet? Je vous expliquerai donc les principales catégories d’additifs alimentaires et pourquoi vous devriez y porter attention.

1. Les colorants

Un colorant alimentaire est une teinture, un pigment ou une substance qui transmet une couleur lorsqu’il est ajouté à un aliment. En fait, les colorants alimentaires sont utilisés pour camoufler la perte de couleur d’un aliment, pour supprimer les variations naturelles de couleur ou pour rendre un aliment moins coloré plus appétissant et plus attirant. Bref, ils ne servent à rien d’autre qu’à un aspect esthétique. Pour ceux qui l’ignorent, les colorants synthétiques sont principalement dérivés du pétrole. Certains d’entre eux ont été associés à l’hyperactivité chez les enfants, à certains types de cancer et à des réactions allergiques. Ils sont généralement identifiés par le mot “colorant” dans la liste des ingrédients.

2. Les agents de conservation

Les agents de conservation sont utilisés pour contrer le développement de micro-organismes ou ralentir l’oxydation des aliments. Ainsi, la raison principale de leur utilisation consiste à prolonger le temps qu’ils peuvent passer sur les tablettes des supermarchés sans perdre leur aspect initial ou sans nous empoisonner. Ils sont associés à des allergies, certains cancers, des maux de tête, des problèmes respiratoires, etc. Dans la liste des ingrédients, on les identifie pas les expressions difficiles à prononcer : BHA, BHT, benzoates, sulphites, etc.

3. Les émulsifiants

Les émulsifiants permettent de stabiliser les préparations en leur apportant le goût et la texture désirés. Ils sont associés à des problèmes digestifs, à des mauvaises assimilations de minéraux, allergies et bien d’autres. Des exemples qu’on retrouve dans la liste des ingrédients : polysorbate, lécithine, diphosphate…

4. Les releveurs de goût

Les releveurs de goût ne modifie pas le goût de l’aliment, mais augmente l’intensité de sa perception. Un des principaux releveurs de goût est le glutamate monosodique, présent dans de nombreux aliments transformés et représenté par plusieurs noms différents. De plus, il agit au niveau du cerveau en inhibant la sensation de satiété, ce qui peut amener un gain de poids important. De plus, sa consommation régulière peut amener la dépression, des dommages aux yeux, de la fatigue et des maux de tête.

5. Le sucre et les édulcorants

Le sucre, principalement le sirop de maïs à haute teneur en glucose-fructose, se retrouve en abondance dans les aliments transformés. Celui-ci est d’ailleurs associé avec l’augmentation du mauvais cholestérol en plus de contribuer au développement de l’obésité et du diabète. Pour contrer ces désavantages du sucre, l’industrie a développé les produits allégés. Ces derniers sont sucrés avec des édulcorants comme l’aspartame, la saccharine et le sucralose. Cependant, ils ne sont pas sans effets, particulièrement l’aspartame qui est toxique pour le cerveau, cancérigène et qui amène une grande variété de maladie dont l’obésité et le diabète (exactement comme le sucre!) et plusieurs autres.

Évidemment il existe plusieurs autres additifs alimentaires, mais il serait trop long de tous les énumérer. Mais, laissez-moi tout de même vous faire prendre conscience de l’importance des additifs.

Quels sont les ingrédients de base du pain ? Farine, levure, eau, un peu de sucre et parfois, du lait, un corps gras. Voici la liste des ingrédients d’un pain acheté à l’épicerie. Ne trouvez-vous pas qu’elle est beaucoup plus longue que le pain fait maison?

Pain maison                                                                                                         Pain acheté

– Farine                                                                                             – Farine de blé
– Eau                                                                                                  – Eau
– Levure                                                                                            – Sucre / glucose-fructose
– Sucre                                                                                               – Huile de canola
– Lait                                                                                                  – Levure
– Sel                                                                                                    – Vinaigre
.                                                                                                           – Stéaroyl-2-lactylate de sodium
                                                                                                            – Propionate de calcium
                                                                                                            – Monoglycérides
                                                                                                            – Phosphate monocalcique
                                                                                                            – Carbonate de calcium
                                                                                                            – Esters tartriques de mono- et diglycérides acétylés

Les ingrédients inscrits en gras et italiques représentent les additifs alimentaires qui ont été ajoutés au pain. Remarquez qu’il y a autant d’additifs dans la liste que d’ingrédients de base.

En conclusion, je vous ai cité 5 additifs alimentaires présents dans les aliments transformés : les colorants alimentaires, les agents de conservation, les émulsifiants, les releveurs de goût de même que le sucre et les édulcorants. J’espère que, dorénavant, vous prendrez le temps de lire les étiquettes afin de bien comprendre ce que vous mangez réellement. Je vous laisse sur une citation de Andy Warhol : « On dit que le temps change les choses, mais, en fait, le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes. »

Références :

Ducas, I. (2010). Halte à l’artificiel!, Protégez-vous, http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/faut-il-avoir-peur-des-colorants-artificiels/halte-a-lartificiel.html [En ligne], page consultée le 23 mai 2015.

Gouget, C. (2008). Danger additifs alimentaires: Le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, Paris, Éditions du Chariot d’Or, 155 pages.

International Food Information Council Foundation (2014). Questions & Answers: Do Food colors cause Hyperactivity?, http://www.foodinsight.org/Content/3843/FC_ADHD_QA_3-11.pdf [En ligne], page consultée le 23 mai 2015.

Les produits de soins personnels pour la famille : de quoi se méfier? (Partie 1)

Par Mélanie Demers, inf.B.Sc.

Qu’ils soient destinés aux enfants ou aux adultes, les produits de soins personnels ou cosmétiques méritent qu’on s’intéresse davantage à leur contenu. En effet, il existe près de 10 500 produits chimiques industriels les composant comme des agents cancérigènes, des pesticides, des perturbateurs endocriniens, des agents toxiques pour le système reproducteur, des plastifiants, des solvants, etc. Au Canada, c’est environ 80% de ces produits qui contiennent au moins un de ces ingrédients.

Cosmétiques ou produits de soins personnels?

Ici, cosmétiques et produits de soins personnels sont utilisés de façon interchangeable. Ainsi, on parle bien sûr des produits d’esthétiques (maquillage, rouge à lèvre, vernis à ongles…), mais aussi du dentifrice, des déodorants, des différentes crèmes (pour les mains, le visage, le corps, de jour, de nuit…), des shampoings, des savons, des produits coiffants… Bref, tout ce que vous utilisez chaque jour pour vous sentir propre et beau/belle. Malheureusement, ceci inclut aussi tous les produits destinés aux enfants : shampoings, bain moussant, crèmes, etc. De plus, une femme utilise, en moyenne, 12 cosmétiques par jour, ce qui peut augmenter jusqu’à 16 chez les adolescentes, et 6 chez les hommes.

BHA et BHT

Le BHA (Hydroxyanisole butylé) et le BHT (Hydroxytoluène butylé) sont utilisés comme agents de conservation et stabilisateurs dans les cosmétiques. On les retrouvent dans les produits hydratants, le maquillage, les baumes et rouges à lèvres, certaines fragrances et plusieurs autres produits.

Ils ont été liés à des effets indésirables sur la thyroïde, sont cancérigènes et suspectés d’interférer avec les fonctions hormonales. Ils possèdent aussi le potentiel d’induire des réactions allergiques au niveau de la peau. Ils s’avèrent nocifs pour les poissons et la faune.

Les colorants dérivés du goudron de houille : p-phenylenediamine et des colorants identifiés par « CI » suivi de cinq chiffres

Le p-phenylenediamine se retrouve principalement dans les teintures pour cheveux alors que les autres colorants peuvent se retrouver dans plusieurs autres produits cosmétiques.

Ils agissent en tant que sensibilisateurs, c’est-à-dire qu’ils ont le potentiel de déclencher des réactions allergiques. Ils ont été associés au cancer de la vessie chez les coiffeurs stylistes et ceux utilisant régulièrement des teintures à cheveux. De plus, ils peuvent contenir des métaux lourds, toxiques pour le cerveau.

DEA, cocamide DEA et lauramide DEA

Ils se retrouvent principalement dans les crèmes et les produits moussants comme les shampoings et certains produits hydratants. Ils s’avèrent susceptibles de réagir avec d’autres substances et de former des composés cancérigènes (nitrosamines). De plus, ils sont nocifs pour les poissons et la faune.

Les phtalates

Certains peuvent être listés sur les étiquettes, mais plusieurs sont cachés dans le terme « fragrance » ou « parfum ». Le DEHP (di 2-ethyl hexyl phtalate) est d’ailleurs interdit et a été classifié comme carcinogène humain probable, même s’il est encore parfois utilisé dans certains produits. Le DEP (diethyl phtalate) est un solvant pour les fragrances qui a été associé avec des effets indésirables sur le système reproducteur. Le phtalate de dibutyle sert de plastifiant dans le vernis à ongles et est considéré comme toxique pour le système reproducteur.

Les libérateurs de formaldéhyde : DMDM hydantoin, diazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, methenamine, quaternium-15 et sodium hydroxymethylglycinate

Ils sont utilisés comme agents de conservation dans de nombreux cosmétiques tels divers produits capillaires, des hydratants, etc. Ces substances libèrent de petites quantités de formaldéhyde, une substance cancérigène liée à la leucémie, de façon lente et continue.

Les parabènes : méthylparabène, butylparabène et propylparabène

Les parabènes sont utilisés comme agents de conservation dans de nombreux produits hydratants, savons et shampoings. Ces substances chimiques imitent les hormones, ont été trouvées dans des tumeurs mammaires et sont suspectées interférer avec les fonctions reproductrices chez les mâles.

Voilà une partie des ingrédients à vérifier lorsque vous achetez un cosmétique. La suite à venir dans la partie 2.

Références :

Environmental defence (2012). The manscape : The dir on toxic ingredients in men’s body care products, Toronto, 28 pages, disponible au http://environmentaldefence.ca/themanscape [En ligne].

Gue, Lisa (2010). Ce qui importe le plus, c’est le contenu, Fondation David Suzuki, Vancouver, 32 pages, disponible au http://www.davidsuzuki.org/fr/publications/rapports/2010/sondage-sur-les-ingredients-toxiques-contenus-dans-nos-produits-cosmetiques/ [En ligne].

The campaign for safe cosmetics, Nonprofits: Endorse the campaign, http://safecosmetics.org/section.php?id=45#platform [En ligne], page consultée le 18 décembre 2013.