Select Page

1044674_10152986566795514_1337327551_nPhoto: Benjamin Zielinski, Facebook

Par Mélanie Demers, inf. B. Sc.

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, le déraillement d’un train transportant 73 wagons de pétrole brut léger dans la municipalité de Lac-Mégantic a créé une véritable catastrophe. Cela aura, sans contredit, de lourdes conséquences sur les plans humain et environnemental.

L’air que nous respirons

La combustion de ce pétrole aura de grandes conséquences sur la qualité de l’air de la région et sur les taux de maladies associées. En effet, la combustion du pétrole émet plusieurs produits ayant des effets importants sur la santé, dont voici les principaux :

Émissions d’oxydes d’azote :Ellels résultent de tous les processus de combustion et sont néfastes pour les voies respiratoires. De plus, ils contribuent à la formation de l’ozone et des pluies acides.

Émissions de particules : Il s’agit de corps solides microscopiques de différentes compositions. Ces particules sont assez fines pour pénétrer dans les poumons et sont susceptibles de provoquer des maladies respiratoires et du système circulatoire.

Émissions de dioxyde de soufre : Le soufre est un composant naturel du pétrole. Ces émissions s’avèrent néfastes pour les voies respiratoires et constituent le principal élément des pluies acides qui attaquent la végétation.

Émissions d’ozone : Ici, on ne parle pas de l’ozone qui nous protège des rayons du soleil, mais de celui présent près du sol. Il résulte de réactions chimiques se produisant dans l’atmosphère. Les émissions d’ozone sont nuisibles à la santé, étant oxydativescancérigènes et mutagènes.

La dégradation de la qualité de l’air a été associée à l’augmentation des maladies cardiaques, de la mortalité et à d’autres maladies chroniques dans de nombreuses études. Voilà pourquoi des échantillons d’air sont analysés et que des gens sont évacués près du lieu de la combustion du pétrole. Cela peut aussi varier selon la direction des vents.

La protection du sol et des eaux

Les équipes d’Urgence-environnement ont été dépêchées sur les lieux pour tenter de minimiser les impacts environnementaux de ce déversement de pétrole. En effet, le pétrole a atteint le lac Mégantic et la rivière Chaudière, où une dizaine de municipalités s’approvisionnent en eau potable.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le pétrole est constitué d’hydrocarbures cycliques, un élément naturel du pétrole ayant une très bonne solubilité dans l’eau. Ainsi, ces composés pénètrent très rapidement dans les nappes phréatiques et certains sont cancérigènes. Ainsi, en se déversant dans la rivière qui coule en permanence, les composés du pétrole suivent le cours d’eau et peuvent ainsi le polluer loin en aval et affecter l’approvisionnement en eau potable de municipalités situées à plusieurs kilomètres de la catastrophe.

De plus, ce déversement affectera l’environnement en occasionnant la mort d’animaux.  Plusieurs types de végétation qui contribuent à la purification de l’air seront aussi détruites, ce qui nuira à la décontamination de l’air. En effet, on se rappellera que par le processus de photosynthèse, les végétaux, particulièrement les arbres, absorbent en forte quantité les composés organiques volatils comme les oxydes d’azote. Ils sont reconnus comme des dépollueurs très efficaces.

Références:

Fournier, Josette. Association « Vivre ensemble », [en ligne] http://www.mareenoire.info/enquetes/petrole.htm

Reeves, Dr François (2011). Planète cœur : santé cardiaque et environnement, Éditions du CHU Sainte-Justine et Éditions Multi Mondes, Québec, 200 pages.

Pétrole : produits pétroliers et environnement, 2005, Union pétrolière, Zurich.

%d blogueurs aiment cette page :