Select Page

Par Mélanie Demers, inf. B.Sc.

De nos jours, les enfants jouent de moins en moins à l’extérieur, les causes sont multiples : jeux vidéo, télévision, horaire des parents surchargé… toutes les raisons sont bonnes. Mais, un enfant a besoin de jouer à l’extérieur et les bienfaits sont multiples.

Des bienfaits physiques

Le jeu extérieur permet aux enfants d’être plus actifs. En effet, courir, grimper, sauter sont des actions souvent interdites à l’intérieur. De plus, le fait de s’amuser dehors favorise le développement des habiletés motrices et améliore la condition physique en augmentant le temps où l’enfant est physiquement actif. D’ailleurs, 60 minutes additionnelles d’exercice par semaine peut améliorer la densité osseuse, la capacité aérobique et les habiletés motrices (coordination, équilibre, agilité) chez les enfants en plus de prévenir l’obésité.

De même, l’air extérieur est généralement de meilleur qualité que celui intérieur. En effet,l’étanchéité grandissante des maisons actuelles permet aux produits chimiques provenant de différentes sources (produits d’entretien, apprêts ignifuges, produits d’hygiène personnelle, etc.) de s’y accumuler. De plus, ceux qui jouent dehors plus fréquemment sont généralement moins souvent malades car ils ont moins de risques de développer une infection qu’à l’intérieur. Autre fait intéressant : une diminution du temps que l’enfant passe à l’extérieur contribue à une augmentation de la myopie (mauvais vision de loin). Finalement, le jeu à l’extérieur favorise le sommeil et stimule l’appétit.

Des bienfaits psychologiques

Le fait de jouer dehors contribue à diminuer le stress et l’agitation ainsi qu’à améliorer la concentration. En réduisant le stress ressenti par l’enfant, on agit positivement sur son système immunitaire (défenses du corps). Le jeu extérieur favorise aussi le développement cognitif, émotionnel et social en améliorant le raisonnement et les habiletés observationnelles. De plus, il réduit ou élimine les comportements anti-sociaux. Le jeu extérieur permet aussi à l’enfant de laisser aller son imagination et de stimuler sa capacité à s’émerveiller, ce qui lui procure un sentiment de maîtrise et de liberté en plus d’améliorer ses habiletés langagières et collaboratives.

Les données actuellement disponibles suggèrent également que 20 minutes d’activité aérobique additionnelles peut améliorer certains aspects de l’estime de soi, ce qui s’avère très important dans le développement de l’enfant. De même, la lumière du soleil affecte positivement l’humeur et la chimie intérieure de ce dernier et renforce, par le fait même, son système immunitaire. Les enfants ayant des symptômes de déficit d’attention avec hyperactivité se concentrent plus facilement après un contact avec la nature. Finalement, l’environnement extérieur est important pour le développement de l’indépendance et de l’autonomie chez l’enfant.

Des astuces pour favoriser le jeu extérieur chez vos enfants

Lorsqu’on sait qu’il y a un déclin progressif de l’activité physique avec l’âge, il s’avère important d’inculquer cette habitude très tôt dans l’enfance et le jeu extérieur est un bon moyen d’y contribuer.

  • Sortez à l’extérieur en famille et amusez-vous.
  • Faites participer les enfants aux travaux extérieurs : jardinage, lavage de l’auto, faire marcher le chien…
  • Jouez au parc, faites du vélo, du ski, de la raquette, de la natation, du tennis…
  • Apprivoisez la nature : randonnée pédestre, canot, camping…
  • Limitez le temps passé devant les écrans.
  • En tant que parents, donnez l’exemple à vos enfants.

Références :

Gagné, G. (2013). Jouer dehors : plusieurs bienfaits pour les jeunes!, http://blogue.quebecenforme.org/2013/12/jouer-dehors-plusieurs-bienfaits-pour-les-jeunes/ [En ligne], page consultée le 31 mars 2014.

Ouellet, M.-C. (2013). Entrevue avec Francine Ferland, auteure de Viens jouer dehors!, http://www.wixxmag.ca/articles/entrevue-avec-francine-ferland-auteure-de-viens-jouer-dehors [En ligne], page consultée le 31 mars 2014.

Participaction , Sortez dehors et bougez!, Édition 04-04/11, 2 pages.

Thibault, N., Jouer dehors, bon ou mauvais pour les infections?, http://www.educatout.com/edu-conseils/sante-hygiene/systeme-immunitaire-et-infections/jouer-dehors-bon-ou-mauvais-pour-les-infections.htm [En ligne], page consultée le 31 mars 2014.

Timmons, B.W. et al. (2007). Physical activity for preschool children – how much and how?, Appl. Physiol. Nutr. Metab., 32: S122-S134.

White, Randy (2004). Young Children’s Relationship with Nature: Its Importance to Children’s Development & the Earth’s Future, http://www.whitehutchinson.com/children/articles/childrennature.shtml [En ligne], page consultée le 31 mars 2014.

%d blogueurs aiment cette page :